top of page
Rechercher
  • Corinne Streiff

HYPERSENSIBILITE

Dernière mise à jour : 3 nov. 2023


L'hypersensibilité est un mode de fonctionnement, une particularité qui toucherait 20% de la population.

C’est Elaine N. Aron (psychologue et chercheuse en psychologique) qui a défini l’hypersensibilité. Elle la décrit comme un trait de caractère inné, qui ne peut donc pas se modifier. Encore peu connu, cette caractéristique peut amener les individus à vivre dans la souffrance de se sentir incompris, car leur fonctionnement diffère de celui des autres.

Effectivement, cette sensibilité extrême, n'étant pas comprise, peut déranger, autant dans l'éducation que dans la vie en société. Elle est souvent reprochée, ignorée, écrasée et étiquetée :


Ce qu'il peut entendre:

  • « Tu es trop à fleur de peau »

  • « Tu prends tout contre toi »

  • « Tu es trop sensible »

  • « A ton âge, tu dors trop »

  • « Tu es trop timide »

Ce qu'il peut se dire:

  • « Pourquoi mes émotions sont si fortes? »

  • « Je suis toujours fatigué-e »

  • « Je suis trop sensible pour vivre dans ce monde »

  • « Je me sens prisonnier-ère des exigences des autres »

  • « Est-ce que j'en vaux vraiment la peine ? »

L'individu se considère facilement comme anormal et se sent parfois pathologiquement instable. En réalité, l'hypersensibilité dote la personne d'une faculté qui est celle de ressentir ce que les autres ne ressentent pas et de percevoir ce que d'autres ne perçoivent pas. Les cinq sens (à savoir que 80% du stimulus sensoriel se fait au travers de la vue) sont beaucoup plus développés (sensibles). En outre, il se développe également chez cet être un sixième sens qui est celui de l'instinct.


En effet, selon Elaine N. Aron, le cerveau a le pouvoir d'emmagasiner et de trier plusieurs informations en même temps, ce qui va amener l’individu à être beaucoup plus stimulé. Le stress ainsi que les stimulations extérieures (les bruits, les odeurs, les températures, la foule etc.) et intérieures (les sensations de faim, de soif, sexuelles etc.) deviennent pour la personne hypersensible de l'hyperstimulation, ce qui engendre des réactions excessives telles qu'une grosse fatigue, une émotion qui peut paraître exagérée mais qui est en accord avec son ressenti, le cœur qui palpite, un trou de mémoire, une perte totale de maîtrise de soi etc. Sans oublier qu'elle est dotée d'une excellente mémoire longue, ce qui l'amène à analyser dans le moment présent le pourquoi et le comment du passé, puis à développer son instinct pour mieux percevoir le futur.


Toute personne hypersensible peut bien vivre avec sa sensibilité. Surtout, c'est un droit de l'être et de se sentir bien avec, même si l'éducation joue un grand rôle dans la gestion de ce trait de caractère. Il est toujours temps de l'accepter et d'apprendre à l'écouter. Ainsi, apprendre à définir ses limites, libérer son hypersensibilité de tout jugement (qu'il soit intérieur ou extérieur), de la voir (l'avoir) comme un atout peut faire la différence.


Références: E. N. Aron - Ces gens qui ont peur d'avoir peur- Les Editions de l'homme



Mon regard de thérapeute


Ce que j’observe, en tant que conseillère en santé mentale, c’est que les personnes hypersensibles ont une tendance à vivre les situations et leur environnement avec une intensité beaucoup plus grande. C’est comme si le filtre qui permet d’atténuer les ressentis et donc la souffrance était moins grand.


Je fais l’hypothèse que les enfants hypersensibles vivent les expériences normales ou douloureuses de l’enfance avec plus d’intensité et sont davantage marqués par celles-ci.

L’hypersensibilité étant une faculté accrue des sens, tout laisse à penser que l’enfant puis l’adulte va capter son environnement avec plus de force et être plus impacté par ce qui l’entoure et également ressentir des émotions plus intenses.


La personne hypersensible est facilement touchée par les émotions de son semblable et se charge aisément de ce que l'autre ressent. Elle a également une propension à la culpabilité et à l'auto-jugement ce qui est pénible à vivre pour elle.


Apprendre à comprendre son mode de fonctionnement particulier, l’apprivoiser, reconnaître le vécu et les ressentis de l’enfant que l’on a été, apaiser son histoire, restaurer un bon parent pour soi-même qui sera capable d’écouter ses besoins et poser les limites nécessaires sont autant d’aspects que l’on peut travailler en thérapie.


Je reçois beaucoup d’adultes à mon cabinet qui souffrent ou ont souffert de leur sensibilité exacerbée.


Travailler sur ce manière d’être au monde ouvre de belles perspective…


Pour des conseils concrets, vous pouvez vous référer à l'article suivant: "Astuces pour activer le nerf vague ventral": www.cs-conseil.ch/post/système-nerveux-parasympatique-ventral






Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page