Rechercher
  • Corinne Streiff

Dépêche-toi: décryptons ce driver

Dernière mise à jour : 2 août 2021

Un driver est donc un message contraignant reçu dans l'enfance ou perçu par l'enfant comme une condition à l'obtention de quelque chose. "Si je suis gentil, serviable, discret, performant etc. on va m'aimer, j'aurai de la valeur, je serai digne d'attention etc." C'est la croyance que je serai ok si ...


Les drivers sont des messages que l'enfant perçoit très tôt dans son développement et donc la compréhension en est altérée. Il y a quelque chose emprunt de la pensée magique de l'enfant: "Si je fais ou suis comme ceci ou comme cela, les gens penseront ceci ou cela de moi...".

Vous trouverez plus d'infos dans un précédent article: https://www.cs-conseil.ch/post/les-drivers-ces-messages-qui-nous-conditionnent


Chaque driver est positif tant qu'il n'est ni un conditionnement ni une contrainte.


C'est souvent sous la pression ou en cas de stress que les drivers ou plutôt les côtés négatifs des drivers se manifestent.

Abordons maintenant le driver "Dépêche-toi". Qui n'a pas dit ou ne s'est pas entendu dire "Dépêche-toi" ? C'est le maître mot de notre mode de vie au XXIème siècle, enfin pour certains plus que pour d'autres.


Selon Reddy, la croyance sous- jacente à ce message est qu’une action accomplie dans un court laps de temps possède une vertu supplémentaire. C’est la recherche de l’exploit du gain de temps. L'un de mes proches se félicite d’avoir gagné deux minutes sur ses trajets quotidiens grâce à l’obtention d’un véhicule plus puissant. Cependant, c’est sans compter que les limitations de vitesse, elles, n’ont pas changé.


Les gestes de ceux qui sont sous l'emprise de ce driver font facilement être animés ou agités. Ils regardent leur montre, pianotent, remuent des pieds, se tortillent ou s'assoient au bord de leur siège prêts à bondir à tout instant. Ils parlent vite, utilisent souvent: " vite, faisons comme cela pour gagner du temps, avançons, dépêchons-nous..."


Ce qui compte, sous la contrainte de ce driver, c’est de s’octroyer le moins de temps possible pour une action. Se dépêcher devient donc une obligation !


Reddy écrit que « c’est sous la pression des messages contraignants que l’énergie de la personne se mobilise et que l’excitation culmine. Il peut être une stratégie pour rendre des tâches peu attractives plus intéressantes.»

Le « Dépêche-toi » donne l’impression que la personne est constamment entre deux feux, pas vraiment là, déjà dans la tâche suivante. Il est également fréquent qu'elle attende la dernière minute pour accomplir une tâche ou pour partir à un rendez-vous par exemple. Ce qui a pour conséquence de la faire courir, la mettre en stress, la faire arriver en retard, rouler trop vite, commettre des erreurs, prendre des risques et stresser son entourage. Ceci peut donc être difficile pour ceux qui la côtoient. Immanquablement, ils vont être pris dans ce stress et il leur faudra en être très conscients pour imposer une autre façon de faire. Si une personne agissant avec le « dépêche-toi » se trouve avec une personne ayant le « fais plaisir », cette dernière risque d'avoir du mal à résister.


En ce qui concerne la qualité du travail accompli, les tâches peuvent facilement être bâclées ou pas terminées dans les délais.

Elle a, cependant, une réelle capacité à travailler dans l’urgence et fait très souvent preuve d'efficacité. Elle peut accomplir beaucoup de tâches en peu de temps et travaille bien dans des délais courts. La pression augmente son énergie.


De manière générale, ce driver amène beaucoup de stress à ceux qui lui sont soumis, il les amène à bousculer ceux qui les entourent, leur fait commettre des erreurs et des oublis, peut les faire passer à côté de moments de plaisir et d'appartenance au groupe.


Le travail va être de déceler en quoi ce message nous concerne, ce qu'il conditionne en nous et comment il serait possible de vivre mieux et plus sereinement.

L'anticipation, la planification, les espaces entre les rendez-vous sont des outils utiles pour lutter contre ce driver. Nous pouvons aussi planifier des moments de pause, de respiration, d'activités entre amis.


Si vous vous sentez concerné/e par ce driver, il y a des permissions que vous pouvez vous donner ainsi que quelques pistes à explorer :

- Qu'est-ce que l'enfant que vous avez été a obtenu en se soumettant à ce driver? Qu'en a-t-il compris, qu'en a-t-il retiré ? Quel était le risque de ne pas s'y soumettre ?

- Avez-vous vu l'un de vos parents ou figures parentales obéir à ce driver ? Etait-il un modèle pour vous ?

- Aujourd'hui, que vous apporte le fait de vous dépêcher, de vous mettre sous pression ? En quoi est-ce positif ? En quoi cela vous fatigue-t-il ? Y a-t-il un risque à faire autrement ou une interdiction à changer ?


Permissions à se donner à soi (ou à nos enfants si nous les voyons sous l'emprise de ce driver) :

- Je peux faire les choses "Tran-quil-lement... "Dou-ce-ment...".

- Je peux avoir des moments off, des moments de plaisir.

- Je peux m'arrêter.

- Je peux faire les choses bien plutôt que vite.

- Je peux faire moins et mieux.

- Je peux appartenir au groupe et m'amuser.


Il est en tout temps possible de faire autrement et d'apprendre à changer de regard sur nous et ce qui nous entoure...

Références:

- Brécard, F. et Hawkes, L. (2015). « Le grand livre de l’Analyse Transactionnelle », Paris, Eyrolles

- Reddy, M. (2008). « Les messages contraignants - Les classiques de l‘AT volume 3 », Lyon, Les Editions d’Analyse Transactionnelle

Posts récents

Voir tout

Ateliers