Rechercher
  • info5064929

Sois fort/e: décryptons ce driver

Dernière mise à jour : 20 mai


Les drivers sont des messages que l'enfant perçoit très tôt dans son développement et donc la compréhension en est altérée. Il y a quelque chose emprunt de la pensée magique de l'enfant: "Si je fais ou suis comme ceci ou comme cela, les gens penseront ceci ou cela de moi...".

Vous trouverez plus d'infos dans un précédent article: https://www.cs-conseil.ch/post/les-drivers-ces-messages-qui-nous-conditionnent


Chaque driver est positif tant qu'il n'est ni un conditionnement ni une contrainte.


C'est souvent sous la pression ou en cas de stress que les côtés négatifs des drivers se manifestent.

Découvrons comment le driver "Sois fort(e)" se manifeste.

Selon Michael Reddy (analyste transactionnel), la croyance à la base de ce driver est que ce qui coûte vaut spécialement la peine d’être entrepris. Il parle de « coûter » dans le sens du risque encouru, du stress, des soucis ressentis et non pas de l’effort à fournir. Plus c’est dangereux, inquiétant, engageant, douloureux, plus la tâche semble avoir de la valeur. Faire face et gérer font partie du vocabulaire des personnes fonctionnant avec ce driver. Elles affrontent sans se plaindre, sans dire leurs craintes. Toutefois, elles peuvent vivre dans la crainte de ne pouvoir faire face, de craquer ! Malgré leur bravoure, elles vont facilement se reprocher d’avoir failli craquer ou abandonner. Elles ne tolèrent aucun signe de faiblesse pour elles et bien souvent pour ceux qui les entourent.

Elles ont du mal à demander de l’aide. Cela peut faire penser qu’elles sont insensibles et froides. Pour ne pas sentir leur vulnérabilité, les personnes sous l’influence de ce driver prennent le risque de se couper de leurs sentiments et de leurs besoins. Elles vont aussi avoir tendance à s’isoler, pensant ne pouvoir compter que sur leurs propres forces.


Le côté positif de ce driver est qu'il rend capable de gérer un niveau de stress important, ce qui peut être un véritable atout dans une équipe de travail. De plus, la personne reste généralement calme, endurante et forte face à l’adversité ou la contradiction. Elle aura donc des facilités pour gérer des situations complexes ou de crise.


Il est défiant pour ces personnes d'aller consulter. Consulter voudrait dire accepter d'être vulnérable, d'avoir besoin d'aide et c'est précisément ce qui est difficile pour elles. Elles vont parfois devoir aller loin, en faisant un burn out par exemple, pour accepter d'être suivies. Je constate, chez ces personnes, une propension à minimiser leur vécu, leurs douleurs, leurs souffrances. Il est probable qu'enfant, leur entourage minimisait leur souffrance et les poussait à se surpasser.

Il est important de développer un bon parent pour soi-même. Un parent intérieur qui va poser des protections pour garder un équilibre de vie, qui saura réconforter, entendre et prendre soin de soi.


Si vous vous sentez concerné/e par ce driver, il y a des permissions que vous pouvez vous donner ainsi que quelques pistes à explorer :


- Qu'est-ce que l'enfant que vous avez été a obtenu en se soumettant à ce driver? Qu'en a-t-il compris, qu'en a-t-il retiré ? Quel était le risque de ne pas s'y soumettre ?

- Avez-vous vu l'un de vos parents ou figures parentales obéir à ce driver ? Etait-il un modèle pour vous ?

- Aujourd'hui, que se passerait-il si vous acceptiez vos vulnérabilités, vos limites ? Y a-t-il un risque à faire autrement ou une interdiction à changer ?


Permissions à se donner à soi (ou à nos enfants si nous les voyons sous l'emprise de ce driver) :

- J'ai le droit de ressentir.

- Je peux me sentir vulnérable.

- Je peux demander de l’aide.

- Je peux développer ma partie enfant, celle qui a des besoins, des envies, celle qui agit avec spontanéité!



Il est en tout temps possible de faire autrement et d'apprendre à transformer son regard et son fonctionnement...


Je me ferai une joie de vous accompagner si vous souhaitez travailler sur vous, gagner en autonomie et en croissance personnelle.




Références:

- Brécard, F. et Hawkes, L. (2015). « Le grand livre de l’Analyse Transactionnelle », Paris, Eyrolles

- Reddy, M. (2008). « Les messages contraignants - Les classiques de l‘AT volume 3 », Lyon, Les Editions d’Analyse Transaction









Posts récents

Voir tout

Ateliers